- Je craignais me prendre en pleine face une flopé de considérations vieillottes
et un roman qui rame pour me maintenir en haleine. J’ai eu tort. -

L'HISTOIRE  Caroline Bender, Barbara Lemont et aussi April, Mary-Agnes et Gregg… Toutes ces jeunes femmes devenues secrétaires dans les années 1950 et qui nourrissent toutes le même rêve : se marier. Leur nouvelle vie à New York sera jonchée d’opportunités, de rencontres, d’amourettes mais aussi de déceptions.

RONA JAFFE, VOUS AVEZ DIT ?Rona Jaffe connaît bien son sujet puisqu’elle a elle-même travaillé pendant 4 ans dans une maison d’édition. Durant sa carrière d’écrivain, elle aura publié 16 romans dont Rien n’est trop beau qui est le premier. Elle nous quitte en 2005 après avoir fait rêver des générations entières de femmes.

TOUT CE QUE J'EN PENSE Cela devait bien faire quelques mois que ce roman campait sur ma liste des livres à lire sans pour autant que je ne daigne l’acheter. Lire un livre écrit dans les années 1950 ne m’emballait pas des masses. Je craignais me prendre en pleine face une flopé de considérations vieillottes et un roman qui rame pour me maintenir en haleine. J’ai eu tort.

Je ne vais pas vous cacher que ce roman de Rona Jaffe est un vrai bouquin de filles. Il a été écrit dans les années 1950 et a été un vrai best seller, surtout aux Etats Unis. Il a fait rêver des milliers de jeunes femmes et des générations entières aux rêves d’indépendance et de liberté. Vaste sujet que l’émancipation féminine ! On travaille pour se dire indépendante mais dès qu’on trouve un époux, on se range au rang de femme au foyer. On se soumet aux désirs les plus fous de son employeur pour ne pas se faire virer prématurément. On fume, on boit, on flirte, on couche… Au diable les valeurs ! C’est l’effervescence de Manhattan : on peut avoir le choix !

Il a donc été très agréable de me plonger pendant 669 pages dans une autre époque, une époque où les femmes jouaient des coudes pour exister. J’ai toujours eu des idées un peu féministes, je me suis jamais laissée faire quand, même en 2014, on subit des remarques sexistes. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à lire le quotidien de ces femmes où tout n’était pas gagné d’avance, où il fallait encore être belle et se taire, où les hommes étaient encore décisionnaires majoritairement et où tout n’était pas si naturel. Ces jeunes femmes ont toutes le point commun d’avoir fait un choix : celui de travailler. Dans ce livre, ça sonne presque comme une revendication.

J’ai découvert aussi cette auteure, encore inconnue pour moi jusque-là et qui a su me transporter dans une époque que je ne connais pas et de destin en destin. Avec notre recul et notre œil avisé, on pourrait subtilement relever quelques allusions modernes à Sex and the City et une ambiance dignes de certains épisodes de Mad men.

Alors à vous de jouer et de vous lancer. Un petit voyage dans le temps, ça vous dit ?

 

POUR QUI ?  Pour tous ceux qui veulent vivre dans la peau d'une jeune Américaine des années 50 !

C'EST LA PREMIERE PHRASE…  « On les voit chaque matin à neuf heures moins le quart, émergeant des bouches de métro, sortant de Grand Central Station, traversant Madison Avenue, Park Avenue ou la Cinquième Avenue, on les voit par centaines.»

AU GUIDE MICHELINE  starsstarsstars stars

 

CA PEUT AIDER … 669 pages aux éditions Le livre de Poche.

CE QU'ILS EN ONT PENSE... "Un roman passionnant  et édifiant sur ce que fut la vie de ces femmes qui allaient finalement révolutionner ce que l'on n'appelait pas encore la condition féminine" - Florence Dalmas, Le Dauphiné libéré

"Ce récit peut se lire soit comme un roman un peu désuet, mais plein de charme, soit comme le document d'une époque. Dans un cas comme dans l'autre, on se régale." - Pascale Frey, Elle